Présentation des résultats des études sur les coûts

2014 - Coût de construction des logements collectifs en Région de Bruxelles-Capitale

Nous avons étudié, sur une période d’environ un mois et au travers d’interviews, les coûts que peuvent représenter de telles constructions et tenté de déterminer quelles en étaient les causes. Nous avons également mis en perspective ce paramètre avec
d’autres facteurs et ceci afin d’affiner et de développer un regard ouvert vers le coût de construction global d’un projet. Les constructions de type passives sont déjà très présentes sur le territoire belge et notamment à Bruxelles. En effet, depuis le début des années 2000 et notamment grâce à la mise en place des primes « énergie passive », du concours BATEX (Bâtiments Exemplaires) en 2007 par Bruxelles-Environnement et de l’engagement du Secrétaire d’Etat à ne construire plus que du logement social passif dès 2009, nous avons vu fleurir au sein de la région Bruxelles-Capitale un grand nombre de bâtiments passifs tant dans le résidentiel unifamilial, le résidentiel collectif ou encore le tertiaire (bureaux, écoles, crèches, salles polyvalentes, etc.). Ce sont près de 260.000 m² de projets réalisés et en cours qui ont donc été ainsi primés par le concours BATEX. Au total, près de 800 000 m² de projets sont réalisés ou en cours en Région bruxelloise selon l’inventaire réalisé en septembre 2013.
Sur base de notre échantillon, cette étude montre qu’au seul regard de l’analyse du critère « différence de coût » entre deux standards énergétiques, une différence de coût entre une construction classique et une construction passive serait de l’ordre de 11,5%. Ce premier chiffre n’intervient pas de manière significative si on le compare avec les autres paramètres étudiés et notamment l’influence des postes présentant un haut facteur de surcoût (problème de site ou stabilité sur le terrain, systèmes supplémentaires installés, innovations, surcoût en cours de chantier par exemple ) (écart de 31% en moyenne), contre 29% pour le choix d’un type de marché avec ou sans gestion commune des risques, 25 % pour le choix du traitement de l’enveloppe. De plus, toutes choses égales par ailleurs, cette différence se réduit à 2,5 %.

PDF - 604.4 ko
Coût de construction des logements collectifs en Région de Bruxelles-Capitale

2014 - Coût de construction des bâtiments résidentiels en Région wallonne

Le coût de la construction dans le secteur résidentiel, un tabou ? Voilà, une question à laquelle nous serions tentés de répondre : oui, très clairement. Et pourtant, quand pmp a réalisé cette étude en interrogeant les particuliers, c’est plus d’une centaine de réponses qu’elle a obtenue. Celles-ci concernent autant des ouvrages à haute performance énergétique que des ouvrages standards. Cette étude, réalise entre le 6 mai et le 30 juin 2014, fait écho à une autre étude qui concernait le coût de construction des logements collectifs en Région-Bruxelles-Capitale, également réalisée par pmp, entre novembre 2011 et février 2014. Dans la présente étude nous avons analysé, au travers d’une enquête diffusée largement par mail via notre newsletter et celles de nombreux partenaires (Cap2020, Cluster EcoConstruction, Ecobâtisseurs, Ecoconso, et le Service Public de Wallonie) les coûts qui peuvent influencer la construction d’une habitation résidentielle. Nous avons mis ce paramètre face à différents facteurs d’influence et tenté de développer un regard ouvert vers le coût de construction global d’un projet. On a vu fleurir, depuis une dizaine d’année maintenant, des maisons passives et zéro-énergie un peu partout en Belgique, grâce à une politique engagée de la part des régions, avec l’octroi de primes « maison passive » ou « maison zéro-énergie » ou encore de concours comme celui des BATEX, par exemple. Sur base notre échantillon, cette étude montre qu’au seul regard de l’analyse du critère « différence de coût » entre deux performances énergétiques, une différence de coût entre une construction classique et une construction haute performance énergétique serait en moyenne de l’ordre de 9%. Ce chiffre n’intervient pas de manière significative dans le coût global d’une construction si on le compare avec les autres paramètres étudiés - et notamment l’influence des postes présentant un haut facteur de surcoût (stabilité, complexité de l’enveloppe, etc.). Cette étude, qui n’a pour objectif que d’apporter une vision sur la question, permet toutefois d’obtenir un éclairage nouveau sur des questions clés que tout maître d’ouvrage se pose pour la réalisation de son futur projet.

PDF - 638.2 ko
Coût de construction des bâtiments résidentiels en Région wallonne

2014 - Etude de l’impact des produits Airria dans des bâtiments résidentiels répondant au standard énergétique passif

Airria est une entreprise spécialisée dans la ventilation double flux décentralisée avec
récupérateur de chaleur.
Les avantages principaux sont :
• L’absence de gaines
• La facilité d’installation
• La ventilation à la demande pièce par pièce, plus rationnelle
• L’hygiène et la maintenance
• La calibration des débits en usine
Après plusieurs années de R&D, Airria dispose actuellement de 2 produits : une unité
fenêtre et une unité Mural. La question de l’impact de ces systèmes dans le Passif s’est posée à plusieurs reprises. En effet, la légère diminution de l’efficacité thermique du récupérateur de chaleur pourrait laisser penser qu’une double flux décentralisée ne satisfait pas aux critères « passif »….
Cependant, une collaboration avec l’asbl PMP, a permis de réaliser plusieurs simulations et de démontrer que les systèmes Airria sont bien compatibles avec une maison passive et cela, sans en diminuer ses performances.

PDF - 940.7 ko
Étude de l’impact des produits Airria dans des bâtiments résidentiels répondant au standard énergétique passif