Page d'accueil   Contact   Rechercher dans le site   Intranet   Le site en RSS   La PMP est sur Facebook   FR | NL | EN

Questions / réponses

Une question ? Nous y répondons !

Afin de répondre aux questions les plus fréquentes que vous vous posez, la PMP a dynamisé la présentation de ses « FAQ » (Foire Aux Questions) et développé un outil de recherche convivial afin de faciliter vos recherches et votre apprentissage. Bonne visite !

Vous ne savez pas où chercher ? Suivez le guide :

Vous êtes candidat bâtisseur, à la recherche de réponses aux questions d’ordre général, cliquez ici.

Vous êtes architecte, bureau d’étude ou simplement curieux d’en savoir plus dans des domaines plus pointus, utilisez le moteur de recherche ci-dessous.

Cette rubrique a été développée pour vous. Si vous avez une question à laquelle nous n’avons pas (encore) répondu, faites-nous vos suggestions : nos FAQs s’enrichiront régulièrement de nouvelles propositions, dans l’intérêt de tous.

Recherche

Cliquez sur les titres pour faire vos choix. Modifier

Secteur

Enveloppe

Systèmes

Communication

Recherche et développement

18 résultats

Quelle est la différence entre une habitation basse énergie, une habitation passive, une habitation zéro-énergie, une habitation bioclimatique et une habitation éco-biologique ?

Il arrive encore souvent que ces différentes approches soient confondues. Pour cette raison, voici une définition claire pour chacun de ces termes :

Habitation passive :

une réponse est apportée dans la question n°1 de cette FAQ. (Lien)

Habitation basse-énergie :

le standard basse énergie vise une diminution des consommations en énergie de chauffage en veillant à assurer un niveau d’isolation assez élevé. Contrairement à une maison passive, on ne peut pas se passer d’un système « traditionnel de chauffage » et l’utilisation d’une ventilation mécanique double flux intégrant un échangeur de chaleur dépendra de la volonté de diminuer les besoins nets en énergie de chauffage et/ou du souhait d’obtenir une qualité de l’air différente.
La définition des critères du standard basse énergie est assez ambigüe. Certains parlent de 60kWh/(m².an), d’autre 30kWh/(m².an) ou encore 45kWh/(m².an).


Le standard basse énergie définit en Région de Bruxelles-Capitale (critère prime énergie) est le suivant :

  • la demande énergétique totale pour le chauffage et le refroidissement des pièces doit rester limitée à 60kWh/(m².an) de surface de référence énergétique.
  • Une consommation en énergie primaire pour le chauffage, l’eau chaude sanitaire et les auxiliaires électriques inférieure ou égale à 150 kWh/m².an


A noter qu’il existe également un standard "très basse énergie" en Région de Bruxelles-Capitale définit comme suit :

  • la demande énergétique totale pour le chauffage et le refroidissement des pièces doit rester limitée à 30kWh/(m².an) de surface de référence énergétique.
  • Une consommation en énergie primaire pour le chauffage, l’eau chaude sanitaire et les auxiliaires électriques inférieure ou égale à 95 kWh/m².an.


En Région Wallonne et, de manière générale, pour l’ensemble de la Belgique il existait jusqu’au 31 décembre 2011 un critère "basse énergie" fédéral. Suite à la suppression des réductions fiscales, ce critère n’est plus d’application. Cependant, pour tout engagement contractuel signé avant le 31 décembre 2011, il est encore possible de faire valoir les réductions fiscales si l’habitation concernée dispose du certificat "basse énergie".

Habitation zéro-énergie :

du 1er janvier 2010 au 31 décembre 2011, le standard « zéro-énergie » était, au niveau fédéral, définit comme suit :

  • l’habitation zéro-énergie doit répondre aux critères du standard passif,
  • la demande résiduelle d’énergie pour le chauffage et le refroidissement des locaux doit être totalement compensée par l’énergie renouvelable produite sur place soit par
  • un système de chauffage de l’eau par l’énergie solaire ;
  • des panneaux photovoltaïques pour transformer l’énergie solaire en énergie électrique ;
  • des pompes à chaleur qui utilisent l’énergie emmagasinée sous forme de chaleur :
    • dans l’air ambiant ;
    • sous la surface de la terre solide ;
    • dans les eaux de surface.


Depuis le 31 décembre 2011 et suite à la décision du fédéral de supprimer les avantages fiscaux pour les dépenses faites en vue d’économiser l’énergie, les propriétaires des habitations « zéro-énergie » ne bénéficient d’aucune aide financière supplémentaire (voir article « Réduction fiscale », rubrique Le standard passif > Les primes et réductions fiscales, pour de plus amples informations). Cependant, la pmp asbl réalise toujours des certifications de bâtiments « zéro-énergie ». Ce certificat « pmp » vous permet alors d’apporter une « plus-value » à votre bâtiment.
Notez également que selon le site internet du Parlement Européen , « tous les nouveaux bâtiments construits après le 31 décembre 2018 devront être en mesure de produire leur propre énergie ».(ndlr : être « zéro-énergie »)
Toujours selon cette même source, « les bâtiments « zéro-énergie » sont ceux « dont la consommation d’énergie primaire est inférieure ou égale à leur production propre d’énergie », du fait de leur « très haut niveau d’efficacité énergétique » ».


Les types d’habitation suivants ne sont pas des standards énergétiques à atteindre, mais plutôt une énumération de recommandations à mettre en place pour bénéficier d’une habitation encore plus performante et respectueuse de l’environnement.

Habitation bioclimatique :

ce type d’habitation relève d’un concept déjà un peu plus global. En effet, une habitation bioclimatique sera conçue de manière à exploiter au maximum les apports solaires et la circulation naturelle de l’air pour réduire les besoins en énergie de chauffage et de refroidissement. Les habitations basse-énergie, passives et zéro-énergie peuvent donc être des habitations dites « bioclimatiques ».

Habitation éco-biologique :

les habitations éco-biologiques sont conçues de manière à respecter à la fois l’environnement (éco) et l’Homme (bio). C’est ainsi que les matériaux mis en œuvre seront étudiés depuis leur production jusqu’à leur recyclage lors de la destruction du bâtiment, et ce en passant par plusieurs étapes telles la transformation, la livraison, la mise en œuvre, l’exploitation… Chacune de ces étapes est consommatrice d’énergie et représente un prélèvement dans les ressources de notre planète. Dans le cas d’une habitation éco-biologique, un bilan énergétique des matériaux est réalisé et permet de concevoir des habitations encore plus soucieuses de leur environnement.
A titre d’exemple, une maison passive constituée de blocs terre cuite et isolée avec une quantité importante de polyuréthane aura coûté plus cher à l’environnement (en terme d’énergie grise) qu’une habitation du même type mais constituée d’une ossature bois isolée par de la cellulose en vrac.

Résidentiel, Acteurs, Général

Mon terrain est mal orienté, dois-je alors renoncer à y construire une habitation passive ?

Il n’est pas exclu de construire une maison passive sur un terrain mal orienté. Dans la plupart des projets résidentiels certifiés passif, l’orientation du terrain et du bâtiment est fixé.
Le concepteur va donc développer un projet autour d’autres facteurs permettant d’atteindre le critère énergétique (besoin net en énergie de chauffage inférieur ou égal à 15 kWh/m².an) :

  • renforcer l’isolation,
  • utiliser un groupe de ventilation double flux plus performant (meilleur rendement de l’échangeur de chaleur),
  • atteindre une meilleure compacité,
  • capter le soleil en toiture ou de manière indirecte,
  • optimiser le facteur solaire du vitrage ;
  • optimiser le pourcentage et la répartition des surfaces vitrées ;

Ainsi, atteindre le standard passif ne rend pas indispensable de placer la majorité des baies au sud. Le bilan des déperditions des baies sont alors plus importantes que les apports solaires de ces dernières. L’optimisation du travail de conception est d’allier les composantes immuables du projet avec la créativité et le potentiel technique du projet.

Notons également que la recherche de baies orientées au sud n’est pas toujours souhaitée. En effet, pour certaines affectations tertiaires, on tentera de limiter les apports solaires afin d’éviter le problème de surchauffe, plus problématique que le respect du critère lié au besoin net en énergie de chauffage.

Résidentiel, Tertiaire, Géométrie, Portes et fenêtres, Acteurs, Général

Je suis membre et pourtant je ne figure pas dans la liste sur le site. Quelle en est la raison ?

Il est possible que votre adhésion à la pmp soit relativement récente au point de ne pas avoir été intégrée lors la dernière mise à jour de la liste. Dès réception de votre paiement de cotisation, le service administratif pmp active votre compte. Si vous deviez constater un retard anormal, n’hésitez pas à prendre contact avec nous via info@maisonpassive.be ou par téléphone.

Il se peut également que votre cotisation soit de l’ordre « privée » et non « professionnelle ». Seule cette dernière donne droit à la visibilité sur notre site internet. Le détail des cotisations est disponible sur cette page (Lien vers « Devenir membre »).

Si vous souhaitez mettre à jour votre cotisation, merci d’envoyer votre demande à info@maisonpassive.be. Elle sera traitée dans les meilleurs délais.

Résidentiel, Tertiaire, Acteurs

Est-il possible de visiter des maisons passives ?

L’asbl écoconso, en partenariat avec le Bond Beter Leefmilieu, organise des journées de visites. Les journées « Portes Ouvertes Ecobâtisseurs » sont l’occasion de découvrir des constructions et des rénovations durables, expliquées et commentées par leur maître d’ouvrage et ce partout en Belgique.
Les dates et informations pratiques sont communiquées sur le site www.ecobatisseurs.be, et relayées sur notre site internet.

Résidentiel, Acteurs, Général

Quels sont les points/mises en oeuvre délicat(e)s dans une construction passive ?

Une maison passive, tout comme n’importe quelle autre habitation, se doit d’être conçue dans les règles de l’art et selon des prescriptions définies (niveau d’étanchéité à l’air, coefficient de transmission thermique U maximum, rendement de l’échangeur, etc…). Il convient donc de veiller à la bonne mise en œuvre de certains points.

Une isolation de qualité et continue :

Isoler sa maison, c’est comme enfiler un bon pull en hiver. Mais si celui-ci est troué, son efficacité est réduite. Pour notre pull comme pour notre habitation, il nous faudra donc veiller à garantir une continuité de la couche protectrice (=un isolant performant et continu). En construction, cela se traduit par une volonté de résoudre tous les ponts thermiques de l’enveloppe protégée du bâtiment. En agissant de la sorte, les parois comporteront moins de points froids et, donc, moins de risques pour la santé du bâtiment et de ses occupants. Lors de la mise en œuvre, on veillera à ce que la pose de l’isolation soit continue et que les jonctions entre les panneaux ou matelas d’isolant soient correctement mises en œuvre.
Ces points d’attention sont à appliquer au démarrage du projet. En effet, identifier, étudier et résoudre un pont thermique lors de la création des plans est toujours plus aisé que de le faire sur chantier lorsque l’on se retrouve face aux faits (voir aux dégâts).

Une bonne étanchéité à l’air :

Quelle est l’utilité de mettre en œuvre une isolation importante et performante si la mise en œuvre des matériaux est mal pensée et/ou mal exécutée et laisse la voie libre à d’importantes fuites d’air, transformant votre habitation en véritable passoire ? La mise en œuvre d’une bonne étanchéité à l’air vous permettra de garantir qu’aucune infiltration d’air non souhaitée ne vienne perturber le bilan énergétique du projet. Garantir une étanchéité à l’air performante, c’est également s’assurer du confort intérieur des occupants (en évitant les courants d’air) .
Ce point particulier est à contrôler sur chantier lors de la mise en œuvre des raccords entre chaque élément de l’enveloppe (ex : châssis ou portes et parois, différents éléments de parois (toiture-murs), finitions sèches-humides, …). Ce point peut également être une spécificité reprise dans le cahier des charges.

Un système de ventilation intégrant une récupération de chaleur :

La règlementation PEB ainsi que les normes D 50-001 (résidentiel) et EN 13779 (non résidentiel) impose une ventilation des locaux. Il existe quatre systèmes de ventilation, mais seul un d’entre eux (système de ventilation de type D, amenée et extraction d’air mécanique) couplé à un échangeur de chaleur, permet de diminuer considérablement les pertes par ventilation. L’échangeur de chaleur a donc pour but de préchauffer l’air frais entrant grâce à la chaleur de l’air vicié qui est extrait.

Actuellement, l’utilisation d’un système de ventilation mécanique contrôlée couplée à un échangeur de chaleur est une étape indispensable (mais pas obligatoire) afin de répondre aux critères passifs.

Résidentiel, Tertiaire, Etanchéité à l'air, Géométrie, Matériaux, Portes et fenêtres, Ponts thermiques, Ventilation, Chauffage, Acteurs, Général

Quelle attitude adopter lorsque l'on construit en mitoyenneté ?

Pour répondre à cette question, deux approches sont à distinguer ; l’approche réglementaire et l’approche technique.

L’aspect réglementaire, typiquement rencontré dans le cas de notre nouveau vade-mecum, tient compte d’une situation fictive dans laquelle les parois mitoyennes d’un bâtiment certifié passif sont considérées comme non déperditives pour peu que ;
-  Les parois soient en contact avec un volume protégé adjacent ;
-  Les parois soient en contact avec un bâtiment construit.

Dans un tel cas, il n’est pas tenu compte de l’occupation (activités, t° de consigne, …) du bâtiment voisin, il n’est donc pas obligatoire d’isoler les parois considérées comme mitoyennes.

Une exception est à considérer dans le cas où le bâtiment voisin n’est pas encore construit mais que les parois du projet se situent en mitoyenneté ; il conviendra, dans cette configuration, de les considérer comme des parois en contact avec l’extérieur.

Outre cette approche liée au vade-mecum de la pmp, la PEB impose également une résistance minimum pour un mur mitoyen (voir annexe 3 de l’Arrêté du Gouvernement wallon du 10 mai 2012 ou Annexe 4 de l’Arrêté du Gouvernement de la Région de Bruxelles-capitale du 21 décembre 2007). Celle-ci est donc à respecter pour tout projet, passif ou non.

L’aspect technique quant à lui doit plutôt tenir compte de la situation réelle. Ainsi, en cas de mitoyenneté avec un volume protégé dont il apparait clairement que certaines zones ne sont pas chauffées, le bon sens dictera d’isoler les parois en contact avec ces zones. De cette manière, on se prémunira ainsi de déperditions importantes et facilement atténuables.

Il convient également de contrôler efficacement l’ensemble des raccords entre les différentes parois. Un mur mitoyen non-isolé rencontrant une toiture isolée créera inévitablement un pont-thermique pouvant avoir un impact thermique et/ou pathologique relativement important selon la situation. Une étude plus approfondie de ce type de raccord permettra de déterminer la meilleure solution à mettre en œuvre.

Résidentiel, Tertiaire, Géométrie, Primes et démarches, Rentabilité et coûts, Acteurs

Combien y-a-t'il de maisons passives certifiées en belgique?

Les chiffres sont en perpétuelle évolution, c’est pourquoi nous vous invitons à consulter le recensement des maisons passives, certifiées en Wallonie et à Bruxelles, sur notre site www.maisonpassive.be, rubrique Inventaire*

Il est à noter que la certification intervient en fin de processus de construction d’une habitation passive. Un délai de quelques mois est à observer entre l’introduction d’une demande de certification auprès de la Région Wallonne et l’envoi du certificat au demandeur depuis nos bureaux.

Nous vous conseillons de profiter de nos guidances (plus d’infos sur notre site, rubrique Nos services > Accompagnement de projets) dès le démarrage de votre projet.

* : Cet inventaire ne recense pas uniquement les maisons passives, mais également les affectations collectives et tertiaires.

Résidentiel, Acteurs, Général

Je suis architecte, où puis je me former?

La pmp asbl dispense toute une série de formations à destination des acteurs de la construction.

TYPEFORMATIONPUBLIC CIBLE
Ponctuelle PHPP, THERM, WUFI,... Architectes et Bureaux d’études
Simulation Dynamique Architectes et Bureaux d’études
Cycle Concepteur Passif Architectes et Bureaux d’études
Concepteur Passif + Architectes et Bureaux d’études
Constructeur Passif Entreprises
Constructeur Passif + Entreprises
Suprêmes (WUFI, Simulation Dynamique) Architectes et Bureaux d’études
A la carte - Tous

Nous vous invitons à consulter la rubrique Nos services > Formations de notre site internet ou à cliquer sur ce lien afin de visualiser les prochaines dates et de retrouver les informations descriptives détaillées.

Notre responsable formation est également à votre disposition pour toute information complémentaire à l’adresse formation@maisonpassive.be.

Résidentiel, Tertiaire, Acteurs, PHPP

Qu'est-ce qui peut me convaincre de passer le pas de basse énergie à passif?

Concevoir une maison basse-énergie demande un certain effort, tant à la conception qu’à la réalisation. Pourquoi ne pas valoriser cet effort en franchissant le petit pas qui sépare le basse-énergie du passif ?

D’un point de vue technique, une isolation un peu plus importante et une attention particulière à la mise en œuvre de l’étanchéité à l’air vous emmèneront aux portes du standard passif. D’autres points comme la ventilation double flux avec récupération de chaleur et la limitation de la surchauffe à 5% peuvent également être des points communs entre ces deux standards énergétiques.

D’un point de vue confort, le standard passif vous assure une température intérieure de minimum 20°C. L’important manteau d’isolation qui englobe votre habitation vous protège des déperditions thermiques et vous assure un besoin en énergie de chauffage extrêmement faible. Cette assurance vous garantira une indépendance quasi-totale par rapport à l’évolution des prix des énergies fossiles. « Quasi-totale » car il y’a toujours un minimum d’énergie à fournir pour alimenter le système de ventilation et les équipements électro-ménagers.

Un pas de plus pour placer, par exemple, une installation solaire photovoltaïque d’une petite dizaine de m² et vous voici « zéro-énergie », soit totalement indépendant énergétiquement parlant. Une situation qui vous garantira de ne plus devoir payer une facture d’énergie pour le chauffage de votre habitation.

D’un point de vue économique, l’investissement est beaucoup moins important que celui nécessaire pour franchir le cap d’une habitation « traditionnelle » à une habitation moins énergivore, comme le « basse-énergie » ou le passif. Il est fréquent d’observer que des demandes de certification « basse-énergie » présentent les conditions techniques nécessaires à la demande de certification « passive » après le traitement du dossier par nos agents.

Résidentiel, Tertiaire, Primes et démarches, Rentabilité et coûts, Acteurs, Général

Est-ce qu'il y a plus de problème avec l'urbanisme pour une maison passive?

En terme de typo-morphologie (types et formes de l’habitat), les habitations traditionnelles, « basse énergie » et passives sont similaires. Une différence notable peut être rencontrée pour certains bâtiments énergétiquement performants au niveau de leur façade sud ; une surface vitrée plus importante permet de tirer parti des gains solaires.

Les services d’urbanisme ne sont donc pas plus stricts ou plus sévères au regard du standard énergétique choisi.

Il est même fréquent d’observer un apriori favorable de la part de ces services pour les maisons énergétiquement performantes.

Ci-dessous, un aperçu de différentes typologies d’habitations passives :

Source : Mr. Van de Weerdt

Source : www.altar.be

Source : Mr. Biname

Résidentiel, Tertiaire, Acteurs, Général

Qui peut demander la certification passive de son bâtiment ?

Tout le monde peut demander la certification passive de son bâtiment, que ce soit un logement ou autre. La demande peut être introduite par le propriétaire, l’architecte, le bureau d’étude, le promoteur,... A charge pour le demandeur de régler les frais liés au traitement du dossier.

A lire également :

Résidentiel, Tertiaire, Primes et démarches, Acteurs, Général

Je souhaite faire vérifier mon encodage PHPP avant la demande de prime. Est-ce gratuit ?

La pmp asbl a mis en place un service de guidances et d’expertise lors desquelles il est possible de discuter de votre projet sur base de plans et d’un encodage PHPP. Le but étant de vérifier avec l’équipe que les hypothèses d’encodage sont correctes et de fournir des pistes de réflexion en vue d’améliorer le projet.

Pour un projet situé en région Wallonne, ces guidances sont gratuites.

Pour un projet situé en région de Bruxelles Capitale, l’intervention de la pmp est payante. Il est cependant possible de bénéficier de guidances gratuites auprès du spécialiste passif pour la région Bruxelloise (plus d’infos sur facilitateur@environnement.irisnet.be ou au 0800/85.775).

Sachez enfin que la pmp réalise des missions d’expertises à la carte (suivi de projet en chantier, relecture de cahier des charges, etc.).

Pour plus d’informations sur les guidances et autres services proposés par la pmp asbl, rendez-vous sur www.maisonpassive.be ou par téléphone de 09h00 à 12h30.

Résidentiel, Tertiaire, Primes et démarches, Rentabilité et coûts, Acteurs, PHPP

Je fais une élocution/présentation sur les maisons passives, avez-vous de la documentation ?

La rubrique le standard passif de notre site internet présente les principes de la construction passive.

La rubrique ressources peut aussi bien vous aider avec, notamment les brochures techniques sur les fenêtres et la ventilation ou encore les FAQ’s.

Et enfin, le magazine be.passive est une immense source d’information, tous les numéros sont consultables gratuitement en pdf sur le site du magazine

Si vous avez des questions précises ou si vous souhaitez un avis sur votre travail de fin d’étude, n’hésitez pas vous pouvez toujours à nous contacter à l’adresse info@maisonpassive.be ou par téléphone de 9h à 12h30.

Résidentiel, Acteurs, Général

Comment choisir son terrain pour une maison passive ?

Peu importe le standard énergétique visé, le choix du terrain reste une étape importante dans tout projet d’architecture. Tant le maîitre d’ouvrage que l’auteur de projet resteront attentifs à plusieurs points. Parmi ceux-ci, nous noterons, par exemple ;

  • l’orientation générale du terrain,
  • l’environnement dans lequel il s’inscrit (tant sonore que visuel),
  • la nature du sol,
  • le potentiel inondable du terrain,
  • sa configuration/déclivité,

Pour une maison à haute efficacité énergétique, l’orientation du projet est un facteur important à intégrer dès les premiers coups de crayon. Ainsi, le terrain idéal présentera une orientation Sud-Est/Sud/Sud-Ouest côté « arrière » de la future habitation. Cette configuration permettra le placement de parois vitrées plus importantes. L’habitation bénéficiera ainsi d’apports solaires (pouvant être plus importants que les déperditions conductives liées aux baies) tout en permettant de conserver l’intimité et la vue vers le jardin éventuellement souhaités par les occupants.

Il n’est cependant pas exclu (et c’est d’ailleurs souvent le cas !) de concevoir une maison passive sur un terrain mal orienté. Le critère des 15kWh/m².an ne donne pas l’exclusivité aux bâtiments dont la majorité des surfaces vitrées sont orientées au sud. L’attention sera alors reportée sur des points plus particuliers comme ;

  • Une meilleure compacité limitant les surfaces de déperditions,
  • Un renforcement de l’isolation thermique du volume protégé,
  • Capter le soleil par des ouvertures en toiture ou de manière indirecte,
  • Utiliser un groupe de ventilation double-flux plus performant,

Un terrain mal orienté, présentant une orientation Sud à rue, ne constitue donc pas un obstacle infranchissable à la conception d’une maison passive. En tenant compte des éléments cités ci-dessus et en privilégiant une conception architecturale plus recherchée, les critères du standard passif resteront à votre portée.

Résidentiel, Tertiaire, Portes et fenêtres, Ventilation, Chauffage, Primes et démarches, Acteurs, Général

Existe-t-il une liste d’architectes, bureaux d’étude, entrepreneurs compétents dans le domaine passif ?

Vous trouverez une liste de tous nos membres répertoriés suivant leur domaine d’activité sur notre site internet, www.maisonpassive.be, rubrique Nos membres ou en cliquant sur ce lien.

Cette liste n’est pas exhaustive ; elle mentionne uniquement les personnes membres de la pmp asbl et affiliées en tant que société.

Il vous est également possible de contacter directement les différents bureaux afin de prendre connaissance de leurs réalisations.

Résidentiel, Tertiaire, Acteurs, Général

Quelle est la politique de la pmp vis-à-vis des fichiers "OpenOffice" ?

Comme indiqué dans notre vade-mecum actuellement en vigueur, depuis le 1er Janvier 2011, les fichiers PHPP au format OpenOffice ne sont plus acceptés pour des raisons de compatibilité avec certaines formules utilisées dans le PHPP.

Nous vous encourageons à utiliser « Microsoft Excel » afin de ne rencontrer aucun obstacle dans la conception ou la certification de votre bâtiment.

Résidentiel, Tertiaire, Acteurs, PHPP

« Votre certificat « Bâtiment Passif » arrive au terme de sa validité, que faire ? »

Vous désirez obtenir un nouveau certificat passif ? Vous pouvez d’ores et déjà adresser une nouvelle demande de certification à la pmp. Rendez-vous à la rubrique Certification de notre site internet : un canevas vous y attend pour créer votre dossier complet.

Deux petites remarques :
- l’encodage PHPP devra être réalisé en considérant l’environnement actuel (et non celui de la première demande certification), et en intégrant les changements éventuels du bâtiment (nouvelles protections solaires, extension, etc.)
- vous pouvez utiliser le même Vade-mecum que celui que vous avez employé pour la première demande de certification.

Si vous ne souhaitez pas introduire une nouvelle demande de certification, vous pouvez obtenir une attestation selon laquelle le bâtiment a été certifié en date du XX/XX/20XX, et qu’il respecte les critères en vigueur au moment de la certification. Pour ce faire, il vous suffit simplement de nous adresser votre demande via l’adresse mail certification@maisonpassive.be ou par téléphone.

Résidentiel, Tertiaire, Primes et démarches, Acteurs, Général, PHPP

(c) PMP asbl 2013 | Un site créé par Vivao et géré avec le logiciel libre SPIP | | accueil | contact | recherche | plan du site | rss